Pour soutenir les familles

La crise des banques et de l‘économie a montré que c’est à la population de payer la facture – ça ne va pas! Il faut de toute urgence venir en aide à la classe moyenne et aux familles, pour réduire leurs charges. Je m’engage par conséquent pour une caisse maladie unique, pour des chèques-enfants et des logements abordables.


Pour plus de moyens dans la formation

La pression sur les enseignantes et enseignants a énormément augmenté au cours des dernières années. Dans le canton de Berne, leur salaire a baissé de près de 20% depuis 1993 - ça ne va pas! J’ai aussi été enseignant dans le passé. Je m’engage donc pour une meilleure rémunération des enseignants.


Pour les transports publics

Je suis fier du réseau très dense des transports publics en Suisse. C’est une des raisons pour lesquelles je ne possède pas de voiture. Avec leur logique, les politiciens bourgeois essaient sans cesse d’affaiblir les transports publics au profit de la circulation routière - ça ne va pas! Je suis pour développer les transports publics.


Pour les énergies renouvables, contre le nucléaire

Le lobby de l’énergie se bat depuis des années pour construire des nouvelles centrales nucléaires, parcequ’elles rapportent un bon rendement. On nous a toujours affirmé que la sécurité est absolument garantie. La catastrophe au Japon démontre le contraire - ça ne va pas! Je suis convaincu que l’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique sont notre futur.


Pour une economie sociale et ecologique durable

Les stratégies des groupements industriels sont aujourd'hui basées intégralement sur un pur système capitaliste des valeurs. Avant tout sur le profit. Le grand vainqueur est celui qui fait baisser les frais salariaux et démantèle les places de travail. Ça ne va pas ! Je m'investis pour une économie sociale et écologique durable. Beaucoup de PME agissent aujourd'hui déjà selon ces principes. Ces entreprises doivent être favorisées et, en même temps, être financièrement déchargées.


Pour une diminution massive de l'armée

En 1989, j'ai glissé un « oui » dans l'urne lors de l'initiative sur la suppression de l'armée. A cette époque mon but était d`abattre la vache sacrée. Déjà pendant mon école de recrues en 1987, j'ai connu une armée suisse dans un état désolant. Cela a encore empiré. Ça ne va pas ! Je m'engage pour une diminution massive de l'armée. L'armée doit entre autres devenir plus efficace et être mieux préparée aux menaces actuelles.


Pour une discussion ouverte sur l'UE, contre und adhésion immediate à l'UE

Une association de pays avec un fort législateur central représenterait une formule optimale du point de vue social et écologique. Certes les lignes directrices de Bruxelles sont là, mais elles concernent en premier lieu l`économie de marché. C`est pour cette raison, entre autres, que beaucoup de politiciens de gauche se montrent sceptiques par rapport à une adhésion à l`UE. Ceci n`a rien à voir avec de l`isolationnisme. Je suis d'avis que nous poursuivions la voie des bilatérales pour l'instant.