Pour des allègements en faveur des familles

La crise bancaire et économique a montré que, au final, c’est la population qui paye la facture – c'est intolérable ! Réduisons de toute urgence les charges qui accablent la classe moyenne et les familles! Je m’engage par conséquent pour un impôt sur les successions, une taxe sur les transactions financières et contre l’imposition d'après la dépense (forfait fiscal).


Pour des moyens accrus à la formation

La ressource la plus précieuse de la Suisse, c'est la formation. Vouloir imposer des économies dans ce domaine est absurde. En tant que président de la Fédération suisse pour la formation continue, je m'investis de façon résolue pour l'apprentissage tout au long de la vie, pour l'égalité des chances ainsi que pour de meilleures conditions de travail des enseignantes et des enseignants.


Pour les transports publics et la mobilité douce

Je suis fier que notre pays dispose d'un réseau de transport public aussi dense. Président de Pro Velo Suisse, je m’engage avec énergie pour que le nombre de pistes cyclables soit augmenté. Il y a de la place pour tout le monde sur la route. « Ensemble, et pas “ôte-toi de là que je m'y mette” », telle est ma devise.


Pour les énergies renouvelables

J'ai la ferme conviction que les énergies solaire, éolienne et hydraulique ainsi qu'une utilisation économe de l'énergie permettront de remédier à la « pénurie d'énergie » dont on nous rebat les oreilles. Promouvons les énergies renouvelables!



Pour une économie sociale et écologique durable

Parmi les valeurs purement capitalistes tout à fait dépassées mais qui dictent encore la stratégie des groupes industriels, on peut ranger la maxime « le profit, et rien que le profit ». Partant de là, le grand vainqueur est celui qui diminue la masse salariale et détruit des emplois. Je m'investis avec détermination en faveur d'une économie sociale et écologique durable. Aujourd'hui déjà, de nombreuses PME suisses agissent selon ces principes.


Pour une armée de plus petite taille et plus efficace

Quand j'étais à l'école de recrues, j'ai vite compris que l'armée suisse était dans un état lamentable. Aujourd'hui, beaucoup laisse encore à désirer. L'avenir de notre armée : un plus petit effectif, plus d'efficacité et la capacité de parer aux menaces actuelles!



Pour une discussion ouverte sur l'UE, contre une adhésion à l'UE

Une association de pays avec un législateur central fort serait la solution optimale du point de vue social et écologique. Certes Bruxelles édicte des directives, mais la plupart d'entre elles concernent l’économie de marché. Je suis résolument en faveur des Bilatérales et contre une adhésion à l'UE.